Transport aérien : Une nouvelle ère s’ouvre pour Air Burkina

Le ministre en charge de l’Economie, Lassané Kaboré et le directeur général de African Global Developpement, Phil K. Smartt, ont signé une convention de partenariat pour relancer les vols de Air Burkina dans la sous-région africaine et aussi en Europe et en Asie de l’Est. Une cérémonie officialisant cette signature s’est déroulée le mardi 20 octobre 2020, à Ouagadougou.

En paraphant les documents, African Global Developpement (AGD) consent à injecter autour de 250 millions d’euros pour amener Air Burkina dans une nouvelle dimension. Dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature de convention de cession, le ministre des Transports, de la Mobilité urbaine et de la Sécurité routière, Vincent Dabilgou, a rappelé que le processus a démarré en deux étapes. La première étape, c’était de stabiliser la compagnie aérienne.

La signature de convention est un pas en avant pour la relance de Air Burkina

Pour ce faire, ils ont fait appel à un lising de trois avions Embraer pour permettre à Air Burkina de continuer à être leader dans la sous-région et de pouvoir conserver son potentiel client. La deuxième étape, c’était de relancer air Burkina. Et pour relancer cette compagnie aérienne, il fallait trouver un partenaire stratégique. C’est ce que le gouvernement a fait en identifiant AGD, un partenaire américain.

« Nous avons travaillé ensemble sur leur business plan. Aujourd’hui, dans ce business plan qui est maintenant une réalité, c’est de faire en sorte que air Burkina rayonne dans la sous-région en tant que leader. C’est pourquoi, la flotte a été retravaillée pour que nous ayons des airbus. Nous en avions dans le projet jusqu’à 4 airbus. De A220 jusqu’à 300. Il y a aussi des airbus A350. Nous avions développé avec eux un autre plan pour le vol intérieur. Là, nous avons 4 avions-hélices qui vont nous permettre de pouvoir desservir Bobo Dioulasso de manière quotidienne mais aussi de servir les grandes capitales régionales qui ont des aérodromes (dont Fada, Gaoua, Dori, Ouahigouya) », a détaillé le ministre Dabilgou. L’investissement le plus structurant, c’est la construction de l’académie aéronautique pour former, en liaison avec l’université de Ouagadougou, des pilotes et des mécaniciens dans la sous-région.

Les participants

Si l’AGD a choisi de nouer un partenariat avec le Burkina Faso, c’est pour des raisons stratégiques. Aussi, sur le terrain, le travail va se faire en trois étapes, selon le directeur général Phil K. Smartt. « Nous allons travailler à finaliser les conventions, à mettre à niveau Air Burkina en envoyant des airbus pour remplacer les avions qui sont sur place et étendre la destination des vols au-delà des frontières du Burkina Faso notamment l’Europe », a indiqué M. Smartt.

Pour le directeur général de Air Burkina, Blaise Sanou, « c’est un sentiment de joie, de très grande satisfaction ». Cette convention passée entre les deux parties s’inscrit dans le sillage d’une collaboration engagée depuis 2019 et qui a connu un ralentissement à cause du Covid-19. Ce mardi, 20 octobre 2020, marque l’apothéose de ce processus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l'actualité

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Woun-info.net will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.