Marches  de soutien à l’attaque de  Inata : Et si on se sécurisait avant de penser à nous réconcilier.

 

  Le Mercredi 17 Novembre 2021, les élèves de certaines villes Burkina  sont sortis dans les rues  pour dénoncer la mauvaise  gestion sécuritaire du pays. Que faut-il retenir de la marche ? Quels en sont les conséquences ? Lisez attentivement l’analyse de

K.Serge Paulin SANOU

 

Lorsque l’on  écoute les élèves, c’est leur manière  d’interpeller le gouvernement à revoir  la situation sécuritaire  nationale. On ne peut pas prétendre se réconcilier, se tolérer dans une nation en proie à l’insécurité. Loin de prendre partie, les burkinabé ont bel et bien besoin de se réconcilier de se tolérer  pour la survie de la nation. La situation actuelle du pays même l’exige. Nous n’avons pas à  nous en prendre à une quelconque communauté ou parti politique d’être la cause. Seulement nous savons que’aucune réconciliation n’est possible dans l’insécurité. L’insécurité grandissante avec pour corollaire les pertes en vies humaines, la vie chère, la fermeture de certaines écoles, les déplacés internes, la justice que réclame les familles victimes pour les disparus, voila les maux qui minent notre pays le Burkina Faso. A qui la faute ? À la population ayant choisi ? Ou au régime actuel qui n’a peut-être pas su mérité la confiance du peuple qui l’a choisi ? En tout cas, un grand lot de problème est à gérer pour prétendre espérer à un retour triomphal de la paix. Mais quand ? Puisque en ce moment même où certaines actions du pays sont tournées vers la réconciliation nationale, le pays de façon générale souffrant. Pourtant la réconciliation ne peut se faire que quand on se sent en sécurité et en mesure d’écouter. C’est pourquoi d’ailleurs les élèves des villes de Ouagadougou ,Bobo-Dioulasso et j’en passe, ont tapé le tapis le Mercredi 17 Novembre 2021 pour dénoncer l’insécurité qu’elle vive de jour en jour. Ces élèves disent en a mare des tueries et veulent une solution quelque soit le prix à payer. Ce cri de cœur des populations doit être entendu et pris en compte avant qu’il ne soit trop tard ! C’est pourquoi toutes les actions du gouvernement, avec l’union du peuple bien-sûr, doivent être désormais orientées dans la lutte contre l’insécurité. L’heure ne doit plus être au discours de condamnation et de condoléances, mais plutôt aux actes concrets et cela dans la promptitude, sinon…

L’info continue sur woun info.net

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à notre newsletter pour ne rien rater de l'actualité

Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte

Une erreur s'est produite lors de la tentative d'envoi de votre demande. Veuillez réessayer.

Woun-info.net will use the information you provide on this form to be in touch with you and to provide updates and marketing.